Edito de la semaine

 

Méditation du Dimanche 27/10/19

Deux hommes montèrent

au Temple pour prier

l’un pharisien, l’autre publicain.

N’accablons pas avec nos yeux de modernes,

 le pharisien ! Les pharisiens sont

des croyants juifs  très  observants.

 Aujourd’hui, on incrimine un peu

facilement  les gens qui observent

ce qui doit être observé !

1

C’est vrai pour la vie chrétienne

mais surtout pour la prière,

que l’humilité est requise.

Le Sage Ben Sirac

qui écrit deux siècles avant

Jésus-Christ, ne dit-il pas

dans la première lecture

 que nous avons entendue :

« La prière de la personne humble

traverse les nuées ».

Celui ou celle qui est sûr de tout

à propos de tout et sur tout,

ne peut de fait, s’en remettre

facilement à Dieu.

Mais l’humilité ne suppose pas

pour les chrétiens de raser les murs

ou de se laisser matraquer

naïvement  sans réagir, ni témoigner

énergiquement de la Tradition du Christ.

Les personnes non-croyantes

ou celles qui se disent croyantes

mais qui ne se rattachent pas

de propos délibéré

au caractère objectif de la vraie foi

sont souvent très audacieuses

pour se dédouaner de leur paresse spirituelle,

et s'excusent souvent  en mettant

un peu facilement en cause 

la cohérence des pratiquants,

et donc, en jouant au pharisien païen !

Cela éprouve notre patience

et stimule notre sainteté

mais

ceux qui observent tant bien que mal

la vraie foi

en Jésus-Christ

n’ont pas à se laisser complexer par ceux

qui professent la foi qu’ils se fabriquent

ou qui professent être heureux

de leur athéisme serein !

2

Le témoignage authentique de la vraie foi

ne signifie pas « être sûr de soi »

mais « sûr de Jésus-Christ »

en soi !

C’est le caractère autorisé et fondé

de la foi chrétienne catholique

qui donne au baptisé l’assurance de sa foi

ce qui ne le dispense nullement quant à lui,

de faire preuve subjectivement

de prudence quant à lui-même,

de finesse et donc d’humilité.

Le chrétien n’est pas le Fils de Dieu,

 mais Il ou elle suit le Fils de Dieu !

Je vous dis souvent que nombre de confusions

aujourd’hui,  proviennent de ce que personne

ne fait plus la différence entre

ce qui est objectif et ce qui est subjectif.

Ce qui est objectif

c’est ce qui est :

le caractère autorisé et fondé de la foi

qui nous donne notre assurance.

Ce qui est subjectif,

c’est ce que nous sommes :

des personnes fragiles,  souvent inconstantes

et qui doivent être prudentes

quant à elles-mêmes !

Il faut donc être sûrs de ce que l'on croit quant au Christ

et modestes quant à nous !

Mais ne jamais relativiser

ce qu’a dit le Christ par le maintien

lâche d’une fausse humilité,

tristement inspirée par 

la couardise ou le respect humain ;

le mal-croyant qui s’élève prétentieusement 

contre le croyant,  est aussi concerné

par l’enseignement du Christ

sur le pharisien et le publicain !

L’humilité chrétienne requiert

la capacité d’avancer vers Dieu

sans forcément sentir

le Bien fondé de ce que l'on poursuit.

Là encore, notre sensibilité

aujourd'hui complètement exacerbée,

voudrait tout sentir, tout éprouver

tout de suite,

et, seulement à cette condition,

donner timidement son assentiment de foi !

Or

cela, ce n’est pas encore la foi,

c’est de la sensiblerie !

« J’ai mené le bon combat,

j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi »

confesse virilement Saint Paul.

La prière du début de la Messe 

nous le redit depuis des siècles !

Nul autre Chemin pour aller à Dieu :

on s’approche de Dieu par la foi nue, par

l’espérance en Lui envers et contre tout,

et par l’Amour qui vient de Lui...

Et qui dépasse tout !

C’est sans doute ce qui manque au pharisien,

qui se justifie  en disant :

« je ne suis pas comme ces pratiquants

 qui pratiquent

mais ne font pas, qui qui qui…. »

Il n’a encore rien compris ! 

Plus Tu t’approches de Dieu

plus tu dois te remettre en cause !

Ce n’est pas Ta foi, celle qu’on t’a transmise

qu’il convient de remettre en cause,

mais ta vie et tes certitudes,

hâtivement absolutisées,

souvent mal acquises

et pas suffisamment vérifiées !

 

Frères et Sœurs, confessons la vraie foi :

celle du Christ et celle de l'Eglise,

objective,

ni excessive, ni molle

mais virile et audacieuse,

délicate mais de grâce, argumentée !

Bonne Semaine !

Ne nous laissons pas complexer

par le pharisien que nous

risquons parfois d'être,

ou

le païen qui joue au pharisien,

ce qui est encore moins honnête de sa part !

L'Abbé Eric HERTH

   8, rue Haute de la Gare   71390 Buxy

0646860848     0385921016

     

Faire un donhttp://www.autun.catholique.fr/don

    Site du diocèse : www.autun.catholique.fr