Sainte Catherine de Sienne

(1347-1380)

Catherine_of_Siena.jpg
 

Née à Sienne, en 1347, au sein d’une famille très nombreuse, Catherine, à l’âge de 16 ans, poussée par une vision de saint Dominique, entre dans le Tiers Ordre dominicain, dans la branche féminine dite des Mantellate. Elle se consacre à la prière, à la pénitence et à la charité, en particulier au service des malades.

 

Sa réputation de sainteté s'étant diffusée, elle devient le conseiller spirituel d'une foule de personnes variées,

puissants et artistes, gens du peuples et ecclésiastiques, y compris le Pape Grégoire XI, qui résidait alors en Avignon, et qu'elle exhorte à rentrer à Rome.

Catherine voyage beaucoup pour encourager la réforme de l'Eglise et la paix des peuples, diffusant sa doctrine par son Dialogue de la divine Providence (ou Livre de la Divine Doctrine), ses Lettres et un recueil de Prières.​

Elle a été déclarée

Docteur de l'Eglise par Paul VI,

co-patronne de l'Europe par Jean-Paul II.

Catherine de Sienne fut une grande mystique. On connaît la célèbre vision dans laquelle Marie la présenta à Jésus qui lui offrit un anneau splendide en lui disant: «Moi, ton créateur et sauveur, je t’épouse dans la foi, que tu conserveras toujours pure jusqu’à ce que tu célèbres avec moi tes noces éternelles» ; ou encore celle où le Seigneur Jésus lui apparut tenant dans la main un cœur humain rouge resplendissant, lui ouvrit la poitrine, l’y introduisit et dit : «Ma très chère petite fille, de même qu’un jour j’ai pris le cœur que tu m’offrais, voici à présent que je te donne le mien,

et désormais, il prendra la place qu’occupait le tien».

Au centre de sa vie, il y a le Christ,

qui pour elle est comme un époux, 

avec lequel existe un rapport d’intimité,

de communion et de fidélité;

il est le bien-aimé au-delà

de tout autre bien.

 

 Autour de sa forte personnalité, une famille spirituelle s'est constituée, faite de personnes attirées par la grandeur morale de cette jeune femme. 

Aujourd'hui encore, l'Eglise tire grand bénéfice de la maternité spirituelle de tant de femmes, consacrées et laïques, qui alimentent dans les âmes la pensée de Dieu, renforcent la foi et orientent la vie chrétienne vers des sommets

toujours plus élevés.

La spiritualité de la sainte de Sienne se manifestait aussi par le don des larmes, signe d'une grande

sensibilité et tendresse.

Elle invitait les prêtres et le Pape, qu'elle appelait le doux Christ sur terre, à être fidèles à leurs responsabilités, dans un constant amour de l'Eglise. 

Catherine de Sienne nous apprend encore aujourd'hui la science la plus sublime,

qui est de connaître et d'aimer

le Christ et son Eglise.

(Benoît XVI, Audience générale, 

24 novembre 2010)

Drapeau_Vatican_-_wikipedia_-_rogné.png
 

Extraits des Lettres

Je vous demande d’être

une colonne ferme,

inébranlable, en vous fortifiant

dans les vraies et solides vertus

par la connaissance de vous-même,

afin que vous puissiez faire

parfaitement dans la sainte Eglise

ce que vous êtes appelé à y faire. (…)

Ne dormons plus, maintenant qu’il faut veiller, mais appliquons-nous avec ardeur à nous connaître et à connaitre l’infinie bonté de Dieu en nous.

(Lettre 30)

C’est en vain que vous travaillez

à garder la cité,

si Dieu ne la garde ; c’est-à-dire

si vous ne Le regardez

dans tout ce que vous faites.

(Lettre 71)

Dans toutes vos actions,

ayez Dieu devant les yeux,

en vous disant à vous-même,

lorsque les désirs déréglés

se révoltent contre

votre sainte résolution :

pense mon âme, que le regard

de Dieu est sur toi,

qu’il pénètre le secret de ton cœur ;

pense que tu dois mourir,

que tu ne sais pas quand, et

qu’il te faudra rendre compte

au souverain Juge

de toutes tes actions.

(Lettre 236)

Aimez, aimez,

pensez que vous avez été aimé

avant d’être aimé.

(Lettre 74)

Pour toute créature raisonnable,

la vie est un pèlerinage ;

ici-bas n’est pas notre fin :

le but que nous devons atteindre, et

pour lequel nous avons été créés,

est la vie éternelle.

(Lettre 302)

Qu’est-ce que la vie éternelle ?

La vie éternelle n’est pas autre chose

qu’une volonté en paix, en harmonie

avec la volonté de Dieu,

une volonté soumise qui

ne peut désirer et

vouloir que ce que Dieu veut ;

et tout le bonheur de ceux qui

en jouissent est fondée

sur cette volonté pacifiée.

(Lettre 228)

Dieu souvent ne nous accorde pas

ce que nous demandons,

aussi vite que nous le voudrions,

pour augmenter notre faim et

notre désir, parce qu’Il aime voir

devant lui l’ardeur de sa créature.

(Lettre 237)

Plus vous aimerez Dieu,

plus s’augmentera votre

amour du prochain.

(Lettre 63)

Prends garde d’aimer ton prochain

par intérêt ; ce ne serait pas là

un amour fidèle, et cet amour

ne répondrait pas à l’amour

que Dieu te porte.

Dieu t’a aimé gratuitement,

et Il veut que cet amour

que tu ne peux lui rendre,

tu le rendes à ton prochain,

en l’aimant d’un amour gratuit

et non pas intéressé.

(Lettre 231)

C’est au moyen du prochain

que se trouve l’amour que

nous avons pour Dieu.

Notre amour ne peut être

utile à Dieu ; mais Dieu veut que

nous l’utilisions pour le prochain,

en supportant ses défauts,

en priant pour lui

avec compassion et patience,

en pardonnant les injures

qu’on nous fait, en respectant

comme nous le devons ses serviteurs.

(Lettre 312)

Les défauts et les mauvais exemples

des pasteurs ne doivent pas

détruire le respect

que nous leur devons,

puisque la vertu des sacrements

n’est point affaiblie

par leurs fautes ;

et nous devons les respecter

à cause de la vertu des sacrements,

car ils sont consacrés,

et Dieu dans les Ecritures,

les appelle ses christs.

(Lettre 57)

Extraits de "Sainte Catherine de Sienne",

Eric Herth, Artège, 2009

Sainte-Catherine-de-Sienne.jpg

L'Abbé Eric HERTH

   8, rue Haute de la Gare   71390 Buxy

0646860848     0385921016

     

Faire un donhttp://www.autun.catholique.fr/don

    Site du diocèse : www.autun.catholique.fr